Rocamadour, le retour


Dimanche prochain, je serai de retour à Roca-Livre, le salon du livre de Rocamadour où je présenterai et dédicacerai mon dernier opus; « Neander, L’Homme Nouveau » en compagnie de Jocelyne Szymanek qui y participera pour la première fois, pour présenter les deux tomes de son recueil « Chant des Toiles ». Qu’on se la dise !

Voir l’article dans Langle Éditions

 

PoD – Poésie à la demande


Les premiers poèmes que j’ai écrits à l’adolescence étaient des acrostiches (Naamversjes en néerlandais), des poésies écrites à partir de prénoms? d’abord celui de Patrick mon copain de collège puis ceux de jeunes filles « en fleur » dont j’étais secrètement amoureux.
Par la suite, j’ai de nombreuses fois utilisé cette méthode à l’occasion d’événements familiaux ou dans mon entreprise pour honorer l’héroïne ou le héros de la fête. J’ai souvent été surpris de constater que ces petites pièces étaient reçues et perçues comme des « cadeaux », des attentions qui touchaient celle ou celui qui les recevait. J’ai aussi écrit de nombreux poèmes inspirés par des personnes chères ou pour faire suite à la demande d’une personne voulant surprendre un.e proche.
Ces jours-ci, en cette période plus qu’étrange que nous vivons, une amie m’a mis au défi d’écrire une poésie pour exprimer que la mer lui manque. Une autre amie a renchéri puis…il s’en ai suivi une petite série que je vous partage ci-dessous

Copyright Monique Bertrand

Pour Monique
L’angélus de l’amer

Ma mer me manque.
Sans son reflux et ses calanques
mon cœur a le vague à l’âme.
Sans sa danse dans les golfes clairs
mon horizon au grand jamais ne s’éclaire,
ni jamais plus ma joie ne s’exclame.

Me voilà enfermée dans ma propre promiscuité,
contrainte à la morbide immobilité,
bâillonnée dans le silence de mes journées,
entravée dans les rets de la quotidienne banalité.

Ah que ne suis-je davantage inspirée,
visitée par la muse de la beauté
qui soulage pourtant si souvent
de mon cœur l’oppressant étouffement !

Lorsque je sens en moi se souffle puissant
sur lequel mon âme surfe comme sur une grande vague,
elle m’emporte malgré les affres des tourments
vers de somptueux et époustouflants rivages.

Enfermement

Mes amis sont bien loin
et cette asociale distance
m’empêche de leur tenir la main,
« gestes barrières », douloureuses circonstances.

Ces entraves physiques m’emplissent d’une sourde langueur
qui fait ressurgir en moi d’anciennes douleurs.
J’ai beau consoler la tristesse de mon cœur,
cette distance, cette absence ranime mes peurs.
Ce si cruel éloignement, cette obligation
ranime en moi le familier sentiment d’abandon.

L’enfer me ment, comme dit l’ami Thomas.
La séparation est une cruelle expérience.
Quelle enseignement tirer de cette épreuve-là
qui apaiserait mon cœur en élevant ma conscience ?

Pour Evelyne
Désirer le sommet

Malgré la verdure qui m’entoure et les bois
parfois me sens comme biche aux abois.

Les fleurs embaument, les oiseaux chantent,
la nature m’appelle de toute part
mais souvent mon cœur battant déchante
et souhaite un tout nouveau départ.

La montagne me manque
et me manque sa hauteur,
son air pur qui fait soupirer mon cœur
et me coupe le souffle lorsque vers elle je monte.

Me voilà entravée dans mes mouvements.
« Pour votre santé », disent-ils, »évitez les voyages ! »
Ce manque de liberté fait naître en moi quelques tourments
même si mon cœur me dit d’être sage.

Il me faut élever ma vision et reprendre confiance,
prendre de la hauteur, désirer le sommet,
vivre l’instant présent, ne pas espérer la délivrance,
croire enfin, le pourrai-je ?, au renouveau de la société.

Pour Anne, Frédérique et Inès
Love Sisters

Avec mes sœurs, je forme un chaleureux trio
dont l’origine du lien se perd dans la nuit des jours
de notre enfance mouvementée et pleine d’imbroglios.
Ce lien plus fort que celui du sang a pour nom « Amour ».

Cet éloignement imposé par une pandémique actualité,
bien qu’il ranime en mon cœur une souffrance ancienne,
renforce encore plus la force de notre douce sororité
et berce mon âme d’une musique vibrante quoiqu’il advienne.

Oui, leur présence me manque et les gestes qui nous font barrière
m’empêche d’exprimer pleinement mon affection pour elles !
Cependant cette distanciation forcée a un effet étonnamment bénéfique :
Elle me fait percevoir combien cette relation est magnifique.

Le thème exprimé ici est le manque. Cela m’a fait pensé à un article que j’avais écrit, il y a quelque temps, sur ce blog et qui décrivait le « manque positif »  Voir l’article

 

 

 

Gaillarde !


…la Foire de Brive !

Au passage, signalons que Brive a acquis ce surnom en raison de sa résistance aux nombreuses invasions.

Il y a eu beaucoup de monde à partir de vendredi après-midi dans l’enceinte aménagée dans et autour de la halle Georges Brassens, ainsi nommée par référence à la chanson « Hécatombe » du célèbre Sétois.

Ce fut une expérience enthousiasmante que de vivre cette foire de l’intérieur.
J’ai eu la chance d’être installé dans un kiosque (que je nommerais à musique…) en compagnie d’une dizaine d’auteur.e.s dont 3 très connus du grand public.

Le kiosque était en forme d’hexagone (tiens, tiens !).
Nous y étions assis à 11; 8 auteur.e.s des Éditions Le Cherche Midi : Luana Belmondo, Cali, Bruno Cavagné, Anny Duperey, Jim Fergus, Serana Giuliano, Martine Laroche-Joubert, Valérie Tribes, 2 auteures des Éditions Les Escales : Catherine Bardon et Lola Nicolle et…Guy Raymondpierre de Langle Éditions.
Les autres durent se contenter d’une demi-table alors que mes ouvrages avaient été étalés sur toute la longueur de ma table.La palme de l’auteur le plus sympathique ira pour ma part à Cali qui est venu spontanément me saluer alors qu’il était déjà assis et prêt à s’atteler à la longue tâche des dédicaces.
A plusieurs reprises durant ces 3 jours, il n’a pas hésité à grimper sur sa table pour accorder un selfie aux nombreux fans qui se pressaient à son stand.

Jim Fergus, que j’avais salué le matin, s’était mis au travail immédiatement. Anny Duperey l’a bientôt imité le lendemain.
Je me suis dis qu’ils étaient tous trois bien courageux car ce fut une occupation de toute la journée. A peine le temps d’une pause sanitaire et du repas de midi, puis ils recommencaient à griffonner sans se départir de leur sourire bienveillant.

J’ai beaucoup apprécié la simplicité de ces trois têtes d’affiches qui m’ont accordé gentiment les selfies ci-dessus.
Nous étions assistés par une équipe efficace de jeunes collaborateurs mandés par Cultura et une bénévole, étudiante en droit. Merci à tou.t.e.s !

J’ai désiré participer à cette Foire à titre d’expérience et dans le but de faire des rencontres intéressantes, voire avec un éditeur éventuel (qui ne s’est pas présenté).
Je ne me faisais pas beaucoup d’illusion quant à la quantité d’exemplaires que je pouvais vendre.
J’ai cependant été agréablement surpris d’avoir pu susciter l’intérêt d’une dizaine de lectrices et lecteurs au milieu de cette profusion d’ouvrages dont ceux de nombreuses célébrités ne faisant pas toutes partie du domaine littéraire….