L’appel de l’Ange


Hasards, coïncidences ou synchronicités ?

Vous le savez : je suis un glaneur de synchronicités.

Depuis quelques années, je suis assidûment le parcours éclairé d’un scientifique hors pair (dans toutes les acceptions de l’expression) qui s’appelle Philippe Guillemant. Sa vision du réel, si elle bouleverse le concept matério-rationnel dominant, nous ouvre des perspectives nouvelles.

Philippe Guillemant


Je suis donc à l’affût de ses partages : conférences, articles, ouvrages, etc.
J’ai eu la chance (est-ce un hasard ?) d’assister à deux de ses conférences (à Sarlat et Bruxelles) et de le rencontrer personnellement en marge d’un colloque parisien.
Au hasard de mes pérégrinations connectées, je découvre une vidéo où, en duo complice avec Marguerite Kardos, il met en lumière le lien entre Science (intuitive) et Spiritualité.

Voir la vidéo :

https://www.youtube.com/results?search_query=philippe+guillemant+et+marguerite+kardos

Marguerite Kardos

Après avoir visionné cette vidéo, dans laquelle nous avons apprécié la connivence entre ces deux éclaireurs et découvert la merveilleuse lumière qui émane de Marguerite, nous avons voulu faire plus ample connaissance avec cette belle personne. Nous avons suivi une interview d’elle où elle parle merveilleusement de l’ouvrage transmis par Gitta Mallasz, Les dialogues avec l’ange. Nous avons ensuite regardé une interview plus ancienne de celle qu’on appelle la scribe de l’ange.

Gitta Mallasz



Nous avons, Frédérique et moi, tous deux lu ce livre, il y a quelques années et tout ceci nous a donné l’élan de le relire.
Nous n’avons pas cet ouvrage dans notre bibliothèque. Cependant, Frédérique pensait qu’une de ses amies en possédait probablement un exemplaire et peut-être un second…
Cette amie s’apprête à déménager et a commencé le grand tri. C’est donc le moment de lui faire une demande (celle-ci n’a-t-elle pas été formulée inconsciemment ?).
Pas d’hésitation ! Elle décroche le téléphone.
L’amie répond d’abord qu’elle ne sait pas. Elle ne pense pas en avoir un second exemplaire…
Tout en répondant elle s’exclame :

« – Ah mais attends ! Je suis assise là et je le vois sur une pile de livres à trier devant moi…
– Non !
– Si ! Il est là. Je le vois devant mes yeux ! C’est bizarre, je le croyais encore dans ma bibliothèque…
– Tu n’en aurais pas un autre, par hasard ?
– Non, je ne crois pas. Mais attends, je vais voir s’il est toujours sur l’étagère…Ben, ça alors ! Tu ne me croiras pas : j’en ai deux ! C’est incroyable ! C’est tellement extraordinaire que je t’en offre un. Et je vais me faire un plaisir de te le dédicacer. »

Puisque j’vous l’dis…

Voir le site de l’association ADDA qui promeut la diffusion de la communication de l’ange :
http://ad-dialoguesange.org/
Un message de plus en plus clair, au fur et à mesure de l’éveil des consciences

Un ange dans le ciel de Langle

Furtur humus


« Futur humus
(à Jeanine)

Les feuilles colorées
planent vers le sol mouillé.
Matière recyclée. »

Ce texte est extrait de mon recueil de haïkus illustrés par mon ami Aaron Van Lierde intitulé « Instants d’année », paru en 2015. 
Ce petit poème me semble d’actualité, en cette période de l’année 2020.
En me promenant en compagnie d’une amie ce jour-là, j’avais admiré le ballet des feuilles mortes emportées par le vent. Parées de leurs couleurs magnifiques, elles rivalisent souvent, en cette saison, avec les fleurs.
En songeant à leur « fin de vie » (à ce propos, je préfère leur donner le nom de « feuilles tombantes » comme les appellent les néerlandophones), je pensai à l’humus nourricier qu’elles forment en s’entassant au sol.
Je fis alors une analogie avec la matière de nos corps qui est aussi, n’est-ce pas, de l’humus en devenir.
Je n’avais pas encore, à cette époque, entendu parler de l’humusation, un procédé récent, non encore autorisé en France, qui consiste à « recycler » les restes humains en humus (voir l’étymologie de ces deux mots).

« Dans l’univers, tout se recycle, rien ne se perd », cette phrase que je cite souvent est en fait une version « poétique » du principe dit de Lavoisier : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », paru dans son Traité élémentaire de chimie en 1789 (tiens, tiens ! à propos de cycle…).
La citation exacte est la suivante : « … car rien ne se crée, ni dans les opérations de l’art, ni dans celles de la nature, et l’on peut poser en principe que, dans toute opération, il y a une égale quantité de matière avant et après l’opération ; que la qualité et la quantité des principes est la même, et qu’il n’y a que des changements, des modifications. »
Même la théorie du big Bang semble évoluée vers celle du Big Crunch qui suppose qu’il y aurait « quelque chose » AVANT.
Le mathématicien Roger Penrose, Prix Nobel de Pysique 2020 en a avancé l’hypothèse.
Cliquer ici pour voir l’article

Puisse cette pensée vous consoler et vous rassurer quant au devenir de votre/notre enveloppe charnelle…

Cliquer ici pour l’article Wikipédia

Lien vers le site Humusation.org

Cliquer ici pour passer commande du recueil









 

Encore de la beauté ?


A découvrir !
De la beauté publiée sur le site de Langle Éditions…

Cliquer ici pour voir l’article