Présent, Futur, Passé


Petite pensée mathémaphylosophique :

« L’avenir du présent est le passé. »

Petite démonstration

Dans notre conception linéaire du temps, le temps passe. Il a un début et une fin.
Toute chose qui existe a un début et une fin. De l’univers à un éternuement…

Nous représentons souvent schématiquement la ligne du temps par une flèche horizontale continue qui débute à gauche par le point 0.

0———————————————————————————>
Notez que le zéro est égal à rien, au néant.
Qu’y-a-t-il donc avant le présent sinon rien ?

Donc, dans notre espace-temps (ou faut-il écrire matière-temps ?), tout événement a un début que nous appellerons D et une fin que nous appellerons F.

Lorsque nous commençons à lire la phrase ci-dessus, la lettre « l » est le début D et la lettre « é » du mot passé est la fin F.
Or lorsque nous prononçons la lettre « l », elle est au moment présent et la lettre « é », qui doit encore être prononcée se trouve dans le futur. Elle est à venir…
Mais que se passe-t-il lorsque nous avons fini de prononcer la phrase ?
Les lettre « l » et « é » sont toutes deux au passé !
sablier
Conclusions :

Le présent n’a pas d’avenir. L’avenir de l’avenir est le passé et l’avenir du présent est le passé.
Mais qu’est-ce que le passé ? Ce qui se trouve AVANT le présent ?
Or nous avons vu qu’il n’y a rien avant le présent.
Donc le passé n’existe pas !
Et donc ni l’avenir de l’avenir,
ni l’avenir du présent n’existe !
Logique non ?

Conclusion des conclusions

Il n’y a que le moment présent qui existe !

Eckhart Tolle sera content s’il lit ça ! 😀

J’attends vos commentaires avec impatience !

 

Mise à jour : une vidéo & deux ouvrages


Je viens de faire une mise à jour des pages « Les livres que je viens de lire » & « Films & vidéos ».

Tout d’abord une vidéo découverte sur You Tube : un documentaire sur les nombres premiers. Ces nombres qui ne peuvent être divisés que par eux-mêmes ou par 1 restent mystérieux car les mathématiciens n’ont pas encore découvert la logique de leur répartition dans la série des nombres. Il y a une certaine analogie avec la physique. On parle de « musique » des nombres. Les mathématiques ne seraient donc pas aussi rationnelles qu’on voudrait bien le croire…

https://guyraymondpierre.com/films-videos/

Sur ma page recensant les derniers ouvrages lus, vous trouverez la référence de deux ouvrages que j’ai lus d’affilé.
Depuis quelques mois, je rencontrais de nombreuses « indications » de lecture dans d’autres ouvrages ou sur les articles que je lisais sur le net.

Les unes concernaient le soufisme, les autres Pierre Teilhard de Chardin.

J’ai trouvé facilement à la bibliothèque de Spa le livre « Le soufisme, Cœur de l’islam » de Cheikh Khaled Bentounès, Bruno et Romana Solt. Cet ouvrage a été édité dans les années 1990 mais ne semble pas avoir vieilli…
C’est un ouvrage bien fait qui parle abondamment de cette branche ésotérique de l’islam et qui donne à cette religion une dimension plus spirituelle, sortant des clichés habituels véhiculés par les médias et les évènements.
Il y est fait beaucoup référence à l’égo et à la recherche intérieure. Il y a même un chapitre très intéressant sur l’équilibre entre le masculin et le féminin (et sur la place de la femme dans l’islam) et aussi sur l’alternance. On se dit : »Mais où ais-je déjà vu cela ? »
Comme l’auteur (les auteurs) explique que le soufisme existait déjà avant l’avènement de l’islam, je me suis demandé si ces notions viennent de la nuit des temps et ont donc une source commune à celles que l’on retrouvent dans les philosophies orientales ou si elles ont été récupérées et ajoutées à l’idéologie soufie assez récemment, ce qui serait assez décevant…
J’aurai peut-être la réponse bientôt ?
Quoiqu’il en soit le soufisme gagne à être plus connu.
J’en suis même arrivé à certains moments à regretter que l’islam et ses dogmes soit passé par là !…

Pierre Teilhard de Chardin

La lecture des conférences et de la vision de Teilhard de Chardin fut tout d’abord très passionnante.
A noter que cet ouvrage ne fut pas si facile à trouver à la bibliothèque : il a fallu aller chercher dans la réserve. Mais  – comme par hasard ! 🙂 – le premier que je pris en main fut le bon !
Je retrouvais avec intérêt ses théories sur la noosphère, cette couche de conscience (cfr inconscient collectif de C. Jung) qu’il situe autour de notre planète et qu’il décrit comme un organisme vivant, et celle sur l’oméga, la conscience totale vers laquelle l’humain sera, selon lui, élevé un jour. Sa démonstration répétitive de biologiste-anthropologiste selon laquelle le rassemblement des foules humaines et la complexisation du vivant entraîne, obligatoirement, une élévation de la conscience, avec par-dessus, régulièrement, l’estampille du christianisme a fini par me lasser…

D’ailleurs, dans ces deux ouvrages, il m’a semblé que chacun des auteurs prêchait pour sa chapelle, même si ce n’était pas avec insistance…

https://guyraymondpierre.com/mes-lectures/les-livres-que-je-viens-de-lire/?preview=true&preview_id=128&preview_nonce=bc1f36b237

Bonne découverte !