L’arbre non-violent


Un petit retour sur la cérémonie anniversaire de la plantation de l’arbre de la Paix dans le jardin de l’école de de Sérilhac avec ce poème écrit pour la circonstance

Un arbre dans notre jardin

Cet arbre planté il y a un an dans notre jardin
est pour nous le symbole de nouveaux lendemains.

Comme lui bien enracinés
dans le sol nourricier
de notre terre-mère,
nous tendons nos bras qui espèrent.

Nous les ouvrons sur notre cœur
pour que rayonne notre paix intérieure.

Comme lui nous nous tenons debout
au milieu des cendres de la violence
car nous croirons jusqu’au bout
que la Paix aura bientôt sa chance.

C’est pourquoi nous cultivons
en nous, autour de nous, la graine de confiance
qui – nous l’affirmons. oui, nous osons ! –
de la peur aura un jour raison.

Ensemble, le cœur rempli de bienveillance
arrosons de nos larmes de joie et d’espérance
cet arbre qui parce qu’il a survécu à l’innommable
nous convainc que de la Paix le monde est capable.

Sérilhac  le 30/09/2016

En préparant ma conférence et en écrivant ce poème, je me suis demandé si nous ne devrions pas modifier notre vocabulaire et ne plus utiliser le terme « non-violence ».
En effet, nous savons que notre subconscient « n’entend » pas les négations et ne retient donc à chaque fois le mot « violence ».
D’autre part, être non-violent, c’est être et lutter contre, donc dans le combat, la dualité. Ce qui est aussi une forme de violence.
Ne vaudrait-il, dés lors, pas mieux d’ « œuvrer pour » comme dit Edmond le  cochon,

oeuvrer-pour
Cliquer ici pour voir l
a page d’Edmond

Lune auréolée


DSC_0001 (1024x795) DSC_0002 (1024x810)Lune auréole
L’une aréole
Lune alvéole
Lune et Éole
L’une à la colle
Lune a le rôle
Lune disque obole

Un arbre pour la paix


Nous avons participé cette semaine à la plantation d’un arbre dans le jardin de l’école communale de Sérilhac, le village de Corrèze où nous habitons.
Cet évènement est né à l’initiative du Mouvement de la Paix auquel le maire a bien voulu répondre.
Ce fut un évènement chargé d’émotions qui restera sans nulle doute gravé dans  la mémoire des enfants de la communale.

Pour visiter le site du Mouvement de la Paix cliquer ici

Pour lire un article sur l’évènement cliquer ici

A cette occasion, j’ai écrit un poème que j’ai été invité à lire à haute voix (me prenant des airs d’Assurancetourix ! 😉 ).
En voici le texte :

Ginkgo Biloba

Planter un arbre de la paix,
est-ce vraiment utile ?
N’est-ce pas une action futile
et pourquoi, dès lors, y participer ?

Planter un arbre de la paix
pour panser les plaies du passé
alors que l’avenir semble si ombragé,
n’est-ce pas du temps et de l’argent gaspillés ?

Mais planter un arbre millénaire
qui résista à l’apocalypse nucléaire,
n’est-ce pas à notre manière
demander pardon à notre terre-mère ?

Planter un arbre de la paix
c’est dire, aujourd’hui : « Croyons à la fraternité ! »
Planter un arbre de la paix
c’est retrouver les racines de notre humanité.

Pourquoi un Gingko Biloba ?
C’est le premier arbre qui s’est remis à pousser peu de temps après le lancement de la bombe atomique sur Hiroshima.
Pour lire l’article Wikipédia cliquer ici