Quelques pas quelque part…


 

 

…en Corrèze, près de chez moi !

Gratitude : il me suffit parfois
de faire simplement quelques pas
pour aller apprécier un si beau panorama.

Profondeur


La profondeur du vallon

À chaque fois lors de ma promenade,
je suis touché par ce que je regarde :

La profondeur du vallon m’émeut
mais n’éveille pas l’effroi dans mes yeux
car la pente abrupte est si verte 
qu’elle attise plutôt mon besoin de découverte.

Haïku à compléter


Nous sommes en train de rénover notre maison de Corrèze et je n’ai pas donc beaucoup l’occasion de « nourrir » ce blog…
Voici cependant un haïku « composé » en promenade :

De blanches marguerites
d’autres bleues plus petites.
Nature composite.

DSC_0240 (426x640) DSC_0242 (640x426)

Le dernier vers – la chute – ne me satisfait que partiellement…
Aussi ai-je eu l’idée de vous proposer un petit jeu :
Qui voudrait écrire ce dernier vers ?
Mais attention ! Je vous rappelle les règles du haïku :
Parler de la nature ou des saisons, l’auteur ne doit pas être présent, la structure 5-7-5…
En l’occurrence le dernier vers ne peut être écrit qu’en 5 pieds/syllabes.
Je m’autorise cependant à « jouer » avec les « e » muets. Dans l’exemple ci-dessus, si vous lisez le dernier vers avec un accent méridional, vous arrivez à 7 pieds !
Dernière contrainte plutôt personnelle : trouver une rime (riche si possible !).

A vos claviers !

P.S. : quelques suggestions ;
« Nature compose vite »
« Nature nous invite »
« Nature qui invite »
,….