ô Bergine !


Ô Bergine,
moi je m’imagine
que sous ta robe noire purpurine
tu caches une chair bien magnanime !