2016 = l’an 9


D’après la  numérologie, l’année 2016 pourrait être une bonne année car
« 9 est le nombre qui termine tout ce qui a été commencé par les chiffres dont il est saisi. Le 9 représente l’intuition très développée et la spiritualité. le 9 représente également le sommet du développement spirituel humain. »
Le chiffre 9 est obtenu par l’addition de tous les nombres de 2016.
Voir l’article complet ici

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Par-dessus les nuages
il est un autre paysage.
Après le brouillard

s’éveille un autre regard.
Que cet an nouveau
nous apporte un réel renouveau.

Un bouillonnement précurseur ?

Obscur Clair


Ce diaporama nécessite JavaScript.

Derrière les sombres nuages
messagers de menaçant présages
se cache le doux visage
de la lune qui nous rend sages

En sortant ce soir, je lève comme toujours mon regard vers le ciel.
Il me semble lugubre.
Mais, après un recul – « wei wu wei »  (*)- , observant mieux, je m’aperçois que ce ciel menaçant est fait de nuages sombres éclairés par l’arrière d’une lueur diffuse mais puissante.
Et, les nuages voguant dans le ciel, ils me révèlent l’astre nocturne.
Je me dis : sans cette lueur diffuse, je n’apercevrais même pas ces nuages !
Cette lueur puissante est le reflet d’une autre encore plus puissante et pleine de vie, celle du soleil.
Ainsi, les évènements sombres et tristes de notre vie, ne sont-ils pas  les éléments révélateurs d’une source d’énergie plus forte et plus lumineuse que nous ne voulons ou ne pouvons pas voir car nous ne nous focalisons que sur leur côtés obscurs ?
Ne distinguons-nous pas uniquement l’obscur en oubliant le clair ?
Aussi : levons nos regards et, puissants dans notre verticalité, observons la nature !
Elle peut nous apporter le réconfort (le vrai confort) et la paix du cœur et de l’âme.
Parole de poète…

(*) agir non-agir, concept issu du Tao et du Tai Chi

Profondeur


La profondeur du vallon

À chaque fois lors de ma promenade,
je suis touché par ce que je regarde :

La profondeur du vallon m’émeut
mais n’éveille pas l’effroi dans mes yeux
car la pente abrupte est si verte 
qu’elle attise plutôt mon besoin de découverte.