L’image de Limoges


Grosse déception en arrivant sous le chapiteau de « Lire à Limoges », ce vendredi matin.
Cela ressemblait à un mauvais poisson d’avril !

Comme j’amenais moi-même mon Cultura 1stock de Cultura 2livres, il n’y avait pas de place sur les tables déjà lourdement chargées de montagnes de livres des « nationaux ».
C’est à dire, les grosses pointures, les Cultura 3vedettes du salon.
Le  premier jour est plutôt réservé aux « régionaux » que nous sommes.

On a donc poussé les kilos de livres (tous ces arbres !) des « vedettes » pour me faire une place. Place que je me suis empressé d’agrandir largement…
A coté de moi sur la table, les tas de « Souvenirs » d’André Ferréol, à gauche et les tonnes des romans de Yasmina Khadra, LA vedette du salon, à droite.
Ce monsieur, arrivé tard le soir, n’a pas daigné nous saluer…
AndréaYasmina

En plus, la photo que j’ai envoyée par courriel est restée bloquée dans les connexions internet et n’a pu être imprimée pour figurer sur le portique au-dessus de ma tête.
Toute la journée, je verrais les regards des visiteurs scruter les photos et les noms affichés sans parfois même m’apercevoir.
Dès les premiers moments, les visiteurs du salon ne cessent de me questionner : « Il n’est pas là ? » « Quand vient-il ? ».
Ils viennent pour la grosse vedette bien sûr !
Il y a même une dame qui me dit : « Il n’y a personne ? »
« Comment ? Mais, moi je suis là ! »
Bref, mon ego, en prend bien pour son grade !
Je « ne le sens pas » et j’ai bien envie de remballer tout et de revenir à Sérilhac, travailler au jardin…
En désespoir de cause, je téléphone à Michèle pour lui expliquer la situation.
Et là – ô miracle ! – ! Ayant « ouvert » la possibilité de me libérer de mon engagement, voilà que, alors que je n’ai pas encore raccroché, une dame s’intéresse ostensiblement à mes bouquins…

Finalement, je suis resté et j’ai bien fait !
J’ai battu mon record de vente établi la semaine d’avant.

Et, comme toujours lors des salons, j’ai établi de bons contacts.
En fait, je me suis servi toute la journée de la situation si décevante le matin, comme argument pour attirer l’attention des visiteurs :
« Contrairement à mes voisins, je suis un auteur indépendant, auto-édité et donc libre, et qui essaie de se faire sa place à côté des grands ! »
La plupart des visiteurs que j’arrivais à interpeller furent sensibles à mon argumentation.
Je reviendrai donc à « Lire à Limoges »
…si on veut bien de moi ! 😉

Publicités

De quoi s’enlivrer !


Paris, Vayrac, Limoges,… les salons se suivent et ne se ressemblent pas !Paris 1

De la grosse foire médiatisée et politisée au salon plus intime et plus chaleureux, ils me réservent tantôt des déceptions, tantôt des joies de partage mais toujours des rencontres chaleureuses et des échanges enrichissants.

FB

T3

T3

Que me réservera l’image de Limoges ?

Lire à Limoges c’est demain et j’y suis en dédicaces toute la journée…

lal2016
Un bon conseil : pour éviter les moments mots gris ou même mots roses, ENLIVREZ-VOUS !

Livre Paris after


Livre Paris : quel livre est-ce ?

« Livre Paris, c’est fini ! Je ne sais pas si j’y reviendrais un jour »
(Merci à Hervé Vilard)