Le canal de l’amour


Pour faire suite à mon précédent article, « Le manque positif », j’ai l’élan de partager cette vidéo qu’une amie m’a recommandée.
C’est un hommage rendu à Michel Cazenave par Fabrice Midal.
J’y ai découvert, « par hasard » 😉 , des mots en forte résonance avec ce que je partageais dans mon article publié ce matin.

Devenir le canal de l’amour, s’abandonner à son mystère, au mystère de l’autre que nous ne connaîtrons jamais totalement, risquer la fusion, l’un en deux, tout en ayant conscience que nous sommes deux…s’abandonner, c’est-à-dire, se donner au bon…
Pouvons-nous alors atteindre, lorsque notre cœur nous donne cette certitude tant cherchée, celle de l’existence et de la présence de l’amour, un état proche de la plénitude ?
Dans ce cas le manque peut diminuer jusqu’à devenir positif…

L’amour est une énergie qui vibre dans la nature et dans tout l’univers.

Devenir ce canal qui la transmet…

L’amour énergie


L’amour est une énergie éternellement renouvelable

Nous sommes ce que nous observons – Physique de l’information


La semaine passée, au milieu de la nuit, après avoir écrit mes derniers haïkus en 3 langues, une réflexion, basée sur de récentes lectures sur le net (http://www.doublecause.net/index.php?page=critiques.htm ) et dans un livre que je viens d’acheter(« La Route du Temps » Philippe Guillemant), m’a tenu quelque peu éveillé.

Les idées qui me sont venues me semblaient très claires et « justes »…
Lorsque j’en fis part à Michèle au petit-déjeuner, celle-ci m’a aussitôt gratifié d’un commentaire enthousiaste « Tu dois le publier sur le net !», ce qui confirma mon impression de la nécessité de partage.
Voici, de façon que j’ai essayé de rendre claire et succinct, l’essentiel de cette « réflexion » :

« L’inconscient collectif », dont parlait, Carl Gustav Jung, qu’on pourrait appeler aussi « Esprit collectif interconnecté », serait comme une base de données, une source d’information disponible comme l’information disponible sur internet (les ordinateurs interconnectés pouvant être comparés à tous les cerveaux interconnectés).

Schématisé, cela donne :

Esprit collectif interconnecté (inconscient collectif) = information globalisée.

L’esprit étant considéré comme cette partie des activités cérébrales qui se trouve « en dehors » du cerveau, donc non matérialisée.

Nous savons que l’inconscient (ou le subconscient, je m’y perds un peu dans ces dénominations – mais sont-elles si importantes ?) à l’état de rêve peut voyager dans le temps et dans l’espace, dans une foule de mondes et de réalités possibles.

Ne pourrait-on donc pas dire que cette « information » est intemporelle et immatérielle ?

Esprit = information  hors du temps et de l’espace = information immatérielle.

Nous savons par la physique moderne et notamment par la mécanique quantique que l’observation est « déterminante ». L’instrument (l’observateur) « actualise » ce qu’il observe (perte de l’effet d’onde). Comme si, en observant, on sélectionnait une des nombreuses possibilités (réalités) de formes que l’objet observé peut prendre, délaissant toutes les autres.

N’est-ce pas ce qui se passe lorsque l’esprit, la psyché passe de l’état de rêve à l’état éveillé ?

Ne peut-on pas aussi en déduire que l’esprit « actualise » à chaque instant, par la perception plus ou moins consciente, une des « réalités » potentielles ? Et comme chaque esprit individuel est interconnecté avec tous les autres (d’une façon plus ou moins « intense »), ne pourrait-on pas dire que nous « actualisons » une « réalité » commune (avec des nuances de « réalités » individuelles) ?
Nous percevons le monde en 4 dimensions.
Donc en actualisant, nous actualisons en 4 dimensions.
D’après les récentes avancées en physique moderne, notamment dans la Théorie des Cordes (et des boucles ?), on suppose qu’il existerait dans l’univers  de nombreuse autres dimensions  (11 ou 12) que nous ne pouvons percevoir (puisque notre esprit matérialisé en 4 dimensions ne peut en percevoir que 4).
L’esprit « en dehors » de la matière (=information) pourrait-il se trouvait dans ces autres dimensions?

Perception/observation = actualisation en 4 dimensions d’une des réalités potentielles de l’univers

L’information (l’esprit), qui a une forme immatérielle et intemporelle, serait donc « matérialisée » par l’observation ?

Que se passe-t-il dans la matière lorsqu’on va vers le tout petit, au niveau des particules ?

Si on observe par exemple un rocher, qui à notre niveau, le niveau macroscopique, nous apparaît comme solide (comme un roc !) et immobile, aux niveaux de ses atomes, on constate que cette matière est en mouvement ! Et non  pas seulement en mouvement mais qu’elle vibre !
Les particules circulent à une vitesse proche de la lumière !
Cette activité fébrile des particules est décrite comme une forme d’énergie.
L’énergie ne serait-elle pas une forme intermédiaire entre l’information et la matière ?
L’énergie ne sert-elle pas à « véhiculer » et à faire vibrer l’information pour la transformer en matière, tout cela par le biais de l’observation en 4 dimensions ?

Tout n’est-il donc pas une question d’intensité de vibration ?
Dans nos 4 dimensions, l’information a une vibration assez basse qui la fait se matérialiser.
Peut-on en conclure que plus on augmente l’intensité de la vibration, plus l’information atteint des formes non matérielles, c’est-à-dire en dehors de « notre » espace-temps ?

information -> énergie vibratoire -> matière

et inversement et dans une direction verticale qui symboliste l’augmentation de l’énergie vibratoire, la matière qui a une vibration basse se trouvant en bas.

information
      Î
énergie
      Î
matière

Et si j’ose remplacer information par esprit :

esprit
      Î
énergie
      Î
matière

Mais peut-être que j’enfonce des portes ouvertes ?

Cela ne valait-il pas, en tout cas, une petite heure d’insomnie et un partage sur mon  blog ?

Voici quelques liens intéressants sur le sujet :