La peur du noir (auto-analyse)


Une auto-analyse sous forme de poème (ou est-ce l’inverse ?).

Je suppose que je ne suis pas le seul à avoir un comportement compulsif en FIN de journée ?

 

La peur du noir

Et chaque jour, lorsque sournoisement descend le soir,
je sens en mon être monter un grand désespoir.

Lorsque lentement vers la nuit glissent les heures
mes entrailles sont envahies par une immense peur.

Ma conscience croit venir sa fin proche,
lorsque le spectre du néant s’approche.
Le sommeil est dit-on comme la mort
et mon esprit lui le croit encore.

Il craint la finitude.
C’est ce qui le remplit d’incertitude
et je ne peux faire cesser cette habitude
qui amplifie terriblement mon sentiment de solitude

Cependant lorsque la nuit repose mon corps,
lorsque fatigué de se mouvoir il dort,
mon esprit, lui, au lieu de respecter la trêve
voyage des heures durant dans le monde des rêves.

Ainsi, me dis-je, il me reste donc l’espérance
que lorsque la lumière pour moi sera tout à fait éteinte,
ma conscience continuera à voyager en tous sens
vers des mondes infinis, sans peur et sans contrainte.

Aussi lorsque mon corps prendra son immobile apparence,
imaginez que mon âme, elle, est partie pour ses grandes vacances.

Un amour déprimant


Lundi passé, je suis allé seul, voir le dernier film de Michael Haneke.
Le sujet m’intéressait au prime abord : l’accompagnement en fin de vie. J’ai, dans cet optique, suivi une formation au bénévolat en accompagnement palliatif en 2008.
Le fait que ce film a été réalisé par un grand metteur en scène, qu’il soit joué par d’excellents acteurs et qu’il ait obtenu une Palme d’Or au dernier Festival de Canne ont fini par me convaincre d’y aller, en éclaireur….

Le film dure longtemps et j’ai dû sortir de la salle à un certain moment pour une urgence plus que pressante…
Néanmoins, j’ai réintégré les lieux du crime….

En sortant de la salle,  à l’exploitant de ce petit cinéma très dans la tradition des cinémas de quartier, je fus incapables à l’instant de dire si j’avais aimé ou non le film.
J’avais besoin de laisser décanter mes impressions et sensations. La seule chose que je pouvais affirmer était : « qu’on se sort pas indemnes de ce genre de projection »…
Deux, trois jours plus tard, après avoir sombré dans une légère déprime (le fait que j’étais seul à la maison y était probablement, aussi pour qu’elle que chose), je pouvais affirmer que je n’avais pas du tout aimé le film.

Sans doute, la gloire dont bénéficie le film, la prestation des acteurs avaient influencé, voire bloqué, un moment, ma capacité de discernement.

Ce film, si vous le permettez, est déprimant à mourir !….
Certes, je m’attendais à voir un film où l’amour et la tendresse du mari se seraient alliés pour accompagner l’épouse diminuée vers une mort sereine…

Mais, ce n’est, une fois de plus, qu’un film violent où la souffrance est omniprésente et tient le haut du pavé. Certes, c’est du grand art : la photo, la lumière, le jeu des acteurs plein d’authenticité…quoique, pour ma part, j’aurais bien coupé 30 minutes du film au montage. Les plans sont d’une longueur interminable, le silence lourd. Oui, je sais, on me dira que c’est fait exprès pour faire ressentir le souffrance des personnages…
mais je me demande sérieusement si on aurait crié au génie si le metteur en scène était un débutant et n’avait pas encore fait ses preuves….

Je me demande aussi surtout si l’art n’a pas un autre rôle à jouer au sein de la société. Autre chose que de faire, en beauté certes, un état des lieux de la souffrance et de la violence qu’elle entraîne.
Les médias s’en charge suffisamment me semble-t-il !
Être utile, en quelque sorte, à notre avancée vers plus de sérénité, plus de véritable amour, d’amour inconditionnel, non pas cet amour égoïste et bienfaisant, c’est-à-dire qui agit pour le bien de l’autre au lieu d’être, tout simplement et tout humblement à l’écoute des besoins de l’autre ?

Sans doute, le scénario a-t-il été inspiré d’un fait divers réel. Un fait divers dramatique. Le drame, justement, c’est qu’on ne nous informe pas ou peu d’autres faits divers plus « positifs » parce qu’il ne sont pas assez « sensationnels »….
Entretenir la souffrance, la peur, la haine me semble le passe-temps favoris des faiseurs d’opinions (à moins que ce ne soit un système ?)…Les cinéastes en font partie. Ils devraient y réfléchir à deux fois avant de se lancer dans la réalisation d’une œuvre…..mais, peut-être, avanceront-ils que les producteurs, l’argent….

Pour toutes ces raisons, je ne conseillerais donc à personne d’aller voir ce film !