Le Temps nous parle – suite


Voici la suite de Chrono(s)logiques – Les chroniques de Chronos

Bel instant les humains !
Me revoici pour vous parler de l’un de vos soucis les plus grands, l’une de vos plus grande peur qui n’est que l’ombre de celle de votre finitude : le temps qui passe.

Comme je vous l’ai dit dans ma précédente chronique, je suis Chronos, le temps linéaire ; le seul temps que vous semblez connaître…
En fait, je ne suis pas seul. Je fais partie d’une fratrie.
Nous sommes trois.
Cependant, nous ne formons qu’Un.
Appelez-nous trinité, si vous le voulez…
Chez nous cependant pas de hiérarchie, pas de filiation.

Mes deux autres « frères » s’appellent Kaïros et Aiôn.
Comme je suis lié à votre temporalité, à votre matière, à votre physique, je suis le seul à pouvoir communiquer avec vous.
Je serai donc leur interprète, l’interface entre eux et vous.

Pour le moment présent, je vous parlerai de celui qui crée la profondeur de l’instant, qui ouvre une porte sur une autre perception de l’univers et de soi.
J’ai nommé : Kaïros. Pour prononcer correctement son nom, commencez par la première syllabe de Caïman puis la deuxième syllabe de carrosse.

« Mais qu’est-ce que c’est que ce temps-là ? », me direz-vous.
Je vais essayer de vous le décrire, tant bien que mal, et vous vous apercevrez bientôt que vous le connaissez même si, jusqu’avant de me lire, vous ignoriez tout de son existence.

Kaïros n’est pas, lui, lié à la matière. Il est plutôt relié à votre ressenti.
Il se manifeste par des « signes ».
Lorsqu’il passe à votre proximité, vous avez trois possibilités pour l’appréhender :

1. Vous ne voyez pas le signe qu’il vous envoie ;
2. Vous le voyez mais vous n’agissez pas ;
3. Au moment où il se révèle, vous saisissez l’occasion, l’opportunité qu’il vous offre de faire un choix qui apportera un changement important dans votre vie.
C’est le temps des synchronicités chères à Carl-Gustav Jung, à Philippe Guillemant et à de nombreux autres physiciens et philosophes.
Il est l’instant où la conscience d’un individu exprime une sensibilité particulière à la survenance concomitante de deux évènements fortuits. Cet individu opère à ce moment une association entre ces deux évènements en raison d’un état de son être. La coïncidence, alors perçue comme une correspondance, devient signifiante pour la personne qui l’éprouve : un « hasard » troublant qui fait sens pour la personne qui en fait l’expérience.

Ainsi Kaïros est celui qui vous donne la possibilité d’agir sur votre destinée et de sortir de la fatalité que vous semblez percevoir dans l’écoulement de votre vie et qui vous rend si souvent passifs, dociles et non responsables.

Kaïros n’est pas un magicien. C’est vous qui le devenez, si on peut appeler « magie » le fait que vous puissiez influencer voire détourn

er le cours du fleuve de votre vie.
Il est l’aiguilleur de votre ciel émotionnel et spirituel, l’éclaireur qui place des constellations étoilées dans le ciel du navigateur égaré sur l’océan de sa destinée.
Si vous vous connectez par le cœur à votre intention profonde, si celle-ci est pure et claire et si vous maintenez un regard éveillé sur la vie, si vous restez attentif, alors votre esprit sera attiré par les signes qu’il vous envoie.

Ces signes viennent de ce que vous nommez « futur ».

Imaginez des lignes temporelles déjà tracées pour vous comme autant de probabilités réalisables.
Elles sont multiples. Telles des voies ferrées sur lesquelles votre « train de vie » est amené à circuler, elle déterminent votre trajet.
Elles semblent chronologiques mais nous verrons que cela n’est également que le fruit de votre perception.

Vous les avaient déjà empruntées, souvent inconsciemment.
Contrairement à ce que vous croyez peut-être, vous n’êtes pas obligé de n’en suivre qu’une seule : celle que vous croyez uniquement écrite pour vous.
Foi de Chronos, je vous l’affirme : il vous est possible de bifurquer, de changer de voie, de modifier votre trajet.
C’est là le but de Kaïros l’aiguilleur, votre aide invisible : il vous envoie ses signaux, ses « coïncidences qui font sens ».
A vous de choisir, de prendre ces opportunités, même – et surtout ? – s’il elles ressemblent dangereusement à des voies de traverse.
Elles vous révèlent cependant, si vous ouvrez grand les yeux, le « champ des possibles » où vous avez semé – vous en souvenez-vous ? – la graine de votre intention profonde et authentique.

Soyez donc attentifs aux clins d’œils du facétieux Kaïros ! Et surtout : soyez libres de vos choix !
Devenez l’auteur de votre scénario, le réalisateur et l’acteur du film de votre vie et, par là, cocréateur du spectacle de L’Univers.

Voilà le portrait de Kaïros, le deuxième membre de notre Trinité.

Je vous parlerai de Aiôn, notre troisième « frère », le dernier volet du triptyque du Temps à une prochaine occasion…
A suivre…
Pour lire toutes mes chroniques, cliquer sur le bouton ci-dessous

L’appel de l’Ange


Hasards, coïncidences ou synchronicités ?

Vous le savez : je suis un glaneur de synchronicités.

Depuis quelques années, je suis assidûment le parcours éclairé d’un scientifique hors pair (dans toutes les acceptions de l’expression) qui s’appelle Philippe Guillemant. Sa vision du réel, si elle bouleverse le concept matério-rationnel dominant, nous ouvre des perspectives nouvelles.

Philippe Guillemant


Je suis donc à l’affût de ses partages : conférences, articles, ouvrages, etc.
J’ai eu la chance (est-ce un hasard ?) d’assister à deux de ses conférences (à Sarlat et Bruxelles) et de le rencontrer personnellement en marge d’un colloque parisien.
Au hasard de mes pérégrinations connectées, je découvre une vidéo où, en duo complice avec Marguerite Kardos, il met en lumière le lien entre Science (intuitive) et Spiritualité.

Voir la vidéo :

https://www.youtube.com/results?search_query=philippe+guillemant+et+marguerite+kardos

Marguerite Kardos

Après avoir visionné cette vidéo, dans laquelle nous avons apprécié la connivence entre ces deux éclaireurs et découvert la merveilleuse lumière qui émane de Marguerite, nous avons voulu faire plus ample connaissance avec cette belle personne. Nous avons suivi une interview d’elle où elle parle merveilleusement de l’ouvrage transmis par Gitta Mallasz, Les dialogues avec l’ange. Nous avons ensuite regardé une interview plus ancienne de celle qu’on appelle la scribe de l’ange.

Gitta Mallasz



Nous avons, Frédérique et moi, tous deux lu ce livre, il y a quelques années et tout ceci nous a donné l’élan de le relire.
Nous n’avons pas cet ouvrage dans notre bibliothèque. Cependant, Frédérique pensait qu’une de ses amies en possédait probablement un exemplaire et peut-être un second…
Cette amie s’apprête à déménager et a commencé le grand tri. C’est donc le moment de lui faire une demande (celle-ci n’a-t-elle pas été formulée inconsciemment ?).
Pas d’hésitation ! Elle décroche le téléphone.
L’amie répond d’abord qu’elle ne sait pas. Elle ne pense pas en avoir un second exemplaire…
Tout en répondant elle s’exclame :

« – Ah mais attends ! Je suis assise là et je le vois sur une pile de livres à trier devant moi…
– Non !
– Si ! Il est là. Je le vois devant mes yeux ! C’est bizarre, je le croyais encore dans ma bibliothèque…
– Tu n’en aurais pas un autre, par hasard ?
– Non, je ne crois pas. Mais attends, je vais voir s’il est toujours sur l’étagère…Ben, ça alors ! Tu ne me croiras pas : j’en ai deux ! C’est incroyable ! C’est tellement extraordinaire que je t’en offre un. Et je vais me faire un plaisir de te le dédicacer. »

Puisque j’vous l’dis…

Voir le site de l’association ADDA qui promeut la diffusion de la communication de l’ange :
http://ad-dialoguesange.org/
Un message de plus en plus clair, au fur et à mesure de l’éveil des consciences

Un ange dans le ciel de Langle

Pour une approche quantique de la conscience – Quelle est notre vraie nature ?


Niels Bohr, Werner Heisenberg, and Wolfgang Pa...

Niels Bohr, Werner Heisenberg, and Wolfgang Pauli, ca. 1935 (Photo credit: Wikipedia)

Cette fois-ci, un très long article mais il m’aurait été difficile de faire plus court sur ce sujet !

Enfin, voilà mon compte-rendu de la 1e journée du colloque tenu à Paris, le 11 mai 2013 !
(vous trouverez le récit de ce voyage inattendu sur mon blog « The Golden Beetle » http://thegoldenbeetle.org/2013/07/12/le-hobby-un-voyage-inattendu/).

Une journée destinée au grand public durant laquelle je n’ai vraiment pas appris de nombreuses choses nouvelles (j’avais déjà beaucoup lu sur le sujet) mais qui a bouleversé ma vision des choses par l’argumentation apportée par les scientifiques. Ce qui m’a inspiré le petit sondage sur la perception sensorielle publié précédemment sur le blog « The Golden Beetle »…Quelques jours après le colloque, ayant intégré ce qui avait été dit, les hypothèses avancées et soutenues d’une façon quasi concrète par leur auteur, j’avais perdu quelque peu mes repères…

Certains des intervenants n’hésitent pas, en effet,  à affirmer qu’il existe une autre réalité qui pourrait bien être la vrai nature des choses. Mais ne devrait-on pas parler de « vécu » au lieu de réalité puisque, comme l’expérimentation de la physique quantique tente à le prouver, c’est l’observation, donc l’observateur, qui « amène », « concrétise », « matérialise » (?), l’objet observé.

Certains conférenciers prononcèrent même un plaidoyer pour sortir d’urgence notre société du matérialisme…

Comme j’ai fait l’aller-retour le jour même, je suis arrivé après le début du colloque et j’ai donc raté les 2 premières conférences (celles de Lothar Schäfer et d’Antoine Suarez). Comme j’avais un TGV à prendre à 18h25 à Paris Nord, je n’ai pu rester pour la fin de la conférence d’Emmanuel Ransford, ni pour la table ronde qui l’a suivie.

Vous trouverez ci-dessous des liens qui vous amèneront à des enregistrements audios des différentes conférences et table ronde. Les conférences sont en anglais (nous avons bénéficié d’une traduction simultanée) et sont suivies d’un résumé en français.
Les organisateurs m’ont promis une vidéo mais je n’ai toujours rien reçu à ce jour…
Afin de comprendre la majorité du texte ci-dessous, il est préférable d’avoir une petite connaissance de la physique quantique. Vous trouverez ci-dessous un petit glossaire des concepts les plus « parlant » pour notre quotidien.

La première conférence que j’ai donc suivie est celle d’Andrei Grib, Professeur de physique-mathématiques à l’université de Saint-Pétersbourg.  
Voici un extrait du texte de présentation : « Pour lui, c’est dans l’esprit humain qu’il faut chercher la raison de l’apparence que prend le monde autour de nous…il voit dans le fait que nous sommes des observateurs pour lesquels les choses sont binaires (noir/blanc, oui/non), la raison pour laquelle un (le) monde….nous apparaît comme un monde où les choses sont séparées. Il est l’auteur d’un ouvrage sur la non-localité (*) quantique. »

Annoncé comme compliqué par Jean Staune, le présentateur, l’exposé m’a semblé assez clair. Il a fait l’historique de la physique quantique, puis a exposé ce qui lui semblait important en physique quantique.
J’ai noté au début de son exposé la phrase suivante (qui est peut-être de Jean Staune) : « La physique quantique est la science qui permet à la consciente intermittente d’avoir lieu. »
Andréi Grib a insisté sur les opérateurs et leur non commutation. Dans une équation qui décrit un phénomène quantique, ce ne sont pas les nombres qui importent mais les opérateurs.
Le monde quantique a d’autres propriétés que le monde « mathématique ».
Il a rappelé l’importance de l’observation/observateur. Il y a un objet observé. Il y a un appareil qui « mesure ». Il y a un observateur qui observe. Mais qui « observe » l’observateur ? Qui amène la « séparation » (distinction ?) entre l’appareil et l’objet ? La « décohérence » ou « actualisation » est l’apparence (très rapide) des propriétés de l’objet. Il y a, assurément, dit-il, une relation entre l’observateur et l’objet observé.
Il pose la question : Que serait le monde si nous ne l’observions pas ?
Nous l’expérimentons quotidiennement : notre pensée (qui est non-physique) peut influencer notre corps (qui est matière). Il y a relation entre le corps et l’esprit. Donc entre le non-physique (non matériel) et la matière.
Pour lui, le matériel ne peut exister seul. Le vrai monde est le monde des probabilités (le monde quantique).

Le 2e exposé qu’il m’a été permis de suivre était celui de Vasily Orgryzko, généticien, Directeur de recherche à l’Institut Gustave Roussy de l’INSERM.
Extrait du texte de présentation : « …il a émis l’hypothèse que les mutations pouvaient être des choix entre plusieurs potentialités pré-existantes (ndr : rejoignant ici l’hypothèse de Philippe Guillemant) de la même façon VOqu’on passe d’un état à un autre en mécanique quantique… »
Annoncé également comme compliqué, son exposé le fut effectivement ! En fait, il était moins clair que le précédent.
Il nous a donc parlé de la biologie quantique qui s’oppose au réductionnisme, le tout étant supérieur à la partie et l’environnement faisant fonction d’observateur. Pour lui, la cellule prend des décisions. On pourrait dire qu’elle choisit parmi de nombreuses possibilités. Les cellules semblent savoir ce qu’elles veulent faire ! Elles sont guidées par le SENS (la signification – il rejoint ici les hypothèses de Catherine Hardy sur les champs sémantiques). Le darwinisme ignore pour sa part cette possibilité.
Pour lui, également, le non-local agit sur la 4 D (la matière + le temps) et la non-localité ne dépend pas de l’intrication originelle (Big Bang)…

1er enregistrement audio : Andrei Grib + Vasily Ogryzko + résumés + table ronde

Après le déjeuner (nous sommes à Paris, ce qui m’a permis de revoir l’Étoile), nous avons eu droit à des exposés un peu plus accessibles et même très folkloriques, si vous me permettez l’expression !…

Tout d’abord, Henry Stapp.  
Une grosse pointure également : « Chercheur au prestigieux Lawrence Berkeley National Laboratory…le plus prestigieux des physiciens quantiques affirmant que la conscience nécessite, pour être comprise, un recours à cette discipline (ndr : la physique quantique). Il est aussi un des derniers physiciens à avoir collaboré avec les pères fondateurs de la physique quantique, des géants tels Werner Heisenberg et Wolfgang Pauli. Soutenant une conception du monde dans laquelle la conscience est plus fondamentale que la matière…. »

Il nous a parlé des effets rétro-causaux, ce qui a dû plaire à Philippe Guillemant !
Il a expliqué la différence entre la théorie et l’expérimentation. La théorie est une prédiction des résultats.
Il a évoqué la nature non-matérielle de la nature.
Pour lui, le monde macroscopique comme nous le connaissons pourrait apparaître comme un possibilité s’il était observé à la manière quantique.
Pour lui, notre cerveau appartient au monde quantique car il a des propriétés quantiques. Au niveau quantique, l’information (véhiculée par le cerveau), est plus rapide que la lumière et ne dépend pas de la distance. Des expériences ont montré, par exemple, que la pupille se dilate une fraction de seconde avant un flash lumineux.
Il souligne le lien entre le cerveau (local) et l’esprit (non-local).
Nous ne sommes pas des robots, affirme-t-il…

L’apparition d’Amit Goswani amène un peu de fantaisie dans la suite du colloque… 

« Professeur de physique à l’université de l’Oregon, il a développé une approche… dans laquelle la conscience est la base de toute forme d’existence. Pour lui, la compréhension des principes de base de la mécanique quantique, doit nous mener, non seulement à rejeter le matérialisme, mais à changer nos sociétés et nous-mêmes. Il est un des intervenants du film : « What the Bleep Do We Know ? »… »

Le moins qu’on puisse dire est qu’Amit est branché « transcendance » !…et son exposé est plutôt un plaidoyer pour les effets bénéfiques de la méditation. Physiquement, il a tout du gourou…
Il montre quelques schémas, nous parle des expériences faites sur le cerveau de personnes en médiation et nous bombarde de recommandations pour stimuler notre créativité. Il nous parle lui aussi du « potentio », de tous les possibles, de toutes les possibilités de la conscience parmi lesquelles nous faisons un choix.

Il pose un l’aide d’un schéma la question de qui observe ?

? -> CERVEAU -> APPAREIL  -> OBJET

2e enregistrement audio : Henry Stapp + Amit Goswami + résumés

La dernière conférence à laquelle j’ai assisté est celle d’Emmanuel Ransford, chercheur indépendant. Cette conférence a été donnée en français. 

De tous ceux que j’ai pu écoutés, il m’a semblait le moins « sérieux », le moins professionnel. Il m’a semblé baser sa théorie uniquement sur le fait que notre esprit influence, voire ordonne, notre corps/matière.

Mais le TGV m’attendait et j’ai donc quitter la salle au beau milieu de sa conférence…

Emmanuel Ransford(début conférence)

GLOSSAIRE (*)

physique ou mécanique quantique : science qui étudie, observe, mesure, calcule, tente d’expliquer la nature au niveau subatomique, c’est-à-dire, le comportement des particules.
intrication : les électrons ayant été en contact gardent une corrélation, un lien, quelque soit la distance ou le temps, comme s’ils étaient connectés par « télépathie ».
décohérence, actualisation : le fait d’observer un objet au niveau quantique « réduit » tous ses états possibles, « superposés » à celui observé.
non-localité : en physique description d’une chose, une fonction qui n’est pas lié ni à l’espace, ni au temps (par exemple : les activité mentales du cerveau, les pensées sont-elles « enfermées »->localisées dans la boîte crânienne ?).